La lutte contre la ZAC des Hauts Banquets dans la presse

Un bel article est paru dans La Provence ce jeudi 2 février. Avec un encart en première page que personne ne pourra ignorer !

Plus que jamais, la lutte contre les projets écocides est essentielle. Préservation de la Biodiversité gravement en déclin, lutte contre le réchauffement climatique, sécurité alimentaire, prévention des inondations, qualité de l’air… Les raisons de s’opposer à la bétonisation de ces terres agricoles ne manquent pas.

Pour prendre part à l’aventure, vous pouvez participer à l’appel aux dons qui est toujours d’actualité : Faire un don. Nous remercions d’ores et déjà les 33 premiers donateurs ! Vous pouvez aussi nous rejoindre lors de la réunion publique qui est prévue samedi 4 février à 10h, à Cheval-Blanc (salle Marie Mauron).

Nous sommes la Terre qui se défend !

Nous remercions Cyrielle Granier pour la mise en lumière de cette lutte-marathon.

Le Partage de l’eau, un sujet qui mobilise

Un public nombreux – la salle du Fémina était remplie – a assisté à la projection du film « Le partage de l’eau » d’Éric Blanco, organisée par l’association Avec en partenariat avec SOS Durance Vivante dimanche 27 novembre à Cavaillon.

Ce documentaire très vivant nous a tous renvoyé au rapport sensible que nous avons avec l’eau et nous a montré des figures attachantes qui, autour de l’Argens, prennent soin de cette rivière et de ses eaux de manière solidaire.

Éric Blanco, le réalisateur, nous a dit tout le plaisir qu’il a eu de réaliser ce film avec ces acteurs passionnés. Cédric Proust et Magali Janeux, du Parc du Luberon, ont apporté des informations précises sur la situation du Coulon-Calavon et sur le rôle de la Commission locale de l’eau pour créer cette solidarité autour de ce bien commun qu’est la rivière. Françoise Sinoir et Pierre Follet, de SOS Durance Vivante, ont insisté sur la nécessité de redonner vie à une Durance bien malmenée en restaurant sa continuité écologique. Ils ont évoqué une idée qui, dans le cadre des menaces qui pèsent partout sur la biodiversité, consiste à donner une personnalité juridique à des milieux à défendre, ce qui est déjà le cas pour certaines rivières en France et dans le monde. 

Venues de la salle, les questions du public attentif et curieux croisaient les points abordés par le film dans un débat qui aurait pu se prolonger et qui fut un peu court aux yeux de tous. Heureusement, les discussions ont pu se poursuivre autour d’un apéro. Mais mille questions restent en suspens. Et nous nous sommes quittés avec l’idée qu’il faut continuer à agir ensemble dans une démarche citoyenne et partagée pour protéger le bien commun que sont nos rivières et plus largement l’eau qui est source de vie.  

Merci au journaliste de La Provence pour l’article paru le 5 décembre !

Mobilisation contre la ZAC des Hauts-Banquets

Mardi 18 octobre, le recours du collectif Sauvons nos terres 84 était examiné au Tribunal administratif de Nîmes.

Des membres du collectif ainsi que d’autres associations locales dont Nimesentransition et la Confédération paysanne étaient présents.

Quelques précisions et rectificatifs :

– La rapporteure publique n’a pas rejeté le recours car elle n’en a pas la capacité juridique. Elle a invalidé les arguments présentés par deux avocats : celui présent des associations et celui absent du particulier qui refuse la perspective de l’expropriation.

– L’article ne mentionne pas ce recours d’un particulier. Cette Déclaration d’Utilité Publique est en effet aussi contestée par un propriétaire menacé d’expropriation.

– Le délibéré sera rendu début novembre après que des précisions soient apportées sur différents points (l’impact sur laqualité de l’air qui sera fortement dégradé, une question portée sur un terrain non encore acquis par LMV, le bilan carbone de la ZAC,..)

Pour rappel, l’objectif « Zéro artificialisation nette » des sols est un objectif du gouvernement lui-même. On peut lire sur le site https://www.ecologie.gouv.fr/ :

« L’artificialisation des sols […] est aujourd’hui l’une des causes premières du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité. Le gouvernement souhaite protéger ces espaces naturels, en instaurant l’objectif de “zéro artificialisation nette” prévu par le Plan Biodiversité, et travailler avec les collectivités pour repenser l’aménagement urbain et réduire efficacement l’artificialisation des sols. »

Pourquoi refuser l’artificialisation des sols ?

Réponse sur le site du Ministère de l’écologie :

L’artificialisation des sols, c’est :

👉 l’accélération de la perte de biodiversité

👉 l’augmentation du réchauffement climatique : un sol artificialisé n’absorbe plus le CO2

👉 l’amplification des risques d’inondations : par définition un sol imperméabilisé n’absorbe pas l’eau de pluie

👉 la réduction de la capacité des terres agricoles à nous nourrir : l’artificialisation entraîne une perte de productivité agricole et limite la production alimentaire de nos territoires

👉 l’accroissement des dépenses liées aux réseaux : pour le rendre accessible et fonctionnel, un terrain artificialisé demande en outre beaucoup d’entretien et d’efforts d’aménagement (routes, électricité, assainissement) qui sont couteuses et viennent souvent ajouter d’autre nuisance à la biodiversité (nuisance sonores, pollution lumineuse, pollution de l’air et de l’eau)

👉 l’amplification de la fracture territoriale : l’étalement urbain et la construction en périphérie des villes renforce également la fracture sociale déjà présente en reléguant notamment une partie des habitants à l’écart du centre-ville, provoquant sa désertification et la dévalorisation des petits commerces

D’autres arguments sont-ils vraiment nécessaires pour convaincre de l’ineptie de tels projets, à l’heure actuelle ?

Vers le zéro déchet : journée couture !

Partage, échange de savoir-faire, bonne humeur, toutes générations confondues !

Un premier atelier couture Zéro Déchet s’est tenu ce dimanche 2 octobre à la salle Bouscarle, à Cavaillon. D’autres ateliers suivront, c’est certain !

Notre équipe de petites mains plus ou moins expérimentées a confectionné une quarantaine de sacs à pains qui seront mis en vente à prix libre dans les boulangeries partenaires. Dans un premier temps, ils seront disponibles dans trois boulangeries, un deuxième atelier sera organisé prochainement.

Pour aller au bout de la démarche zéro déchet, les sacs ont été cousus dans du tissu de récupération. Une deuxième vie pour des draps, rideaux, vêtements et paires de lacets ! Au-delà de la fabrication de sacs, la journée a été riche de belles rencontres et de partage. Tout le monde sait maintenant faire une couture « à l’anglaise » ! Parfaitement imparfaits, chaque sac est unique et, on l’espère, fera le bonheur de quelqu’un.

Merci aux bénévoles mobilisé.e.s pour l’occasion !

Pourquoi confectionner des sacs à pain ? La réponse dans cet article.

Notre « Eco-week-end » dans La Provence !

Dans un article paru samedi 1er octobre, La Provence a mis en avant les actions organisées durant ce week-end placé sous le signe de l’écologie. Plusieurs thèmes cruciaux ont été abordés :

  • les mobilités douces avec la Vélorution du Cercle Vélo,
  • la réduction des déchets à la source avec le Cercle Déchets,
  • la défenses des terres agricoles et des espaces naturels avec le Cercle Ciné-Débat.

Un grand merci au journaliste !

Le Wordl Clean Up Day dans la presse !

Mobilisation en deux temps pour le World Clean Up day !

Mardi 13 septembre, des membres d’AVEC se sont joints aux collégiens du collège Paul Gauthier. La classe « vélo et environnement » fourmille de beaux projets auxquels nous participerons avec plaisir !

Samedi 17, les cercles vélo et déchets ont uni leurs forces pour un ramassage sur les lieux emblématiques de la mobilité à Cavaillon : le parking relais du Grenouillet puis le pôle mobilité de la gare. C’est 5000 mégots et deux gros sacs de déchets qui ont été ramassés en deux heures par les bénévoles présents ce jour-là.

Merci aux journalistes de La Provence pour ces deux articles !

AVEC à la radio !

Invités par Axel Musset, présent lors du ciné-débat autour du film Bigger than us, Paul et Enora ont pu présenter les actions de l’association sur les ondes.

France Bleu Vaucluse, dans son rendez-vous quotidien « L’association du jour », a mis en lumière AVEC lors de l’émission du 8 avril 2022, à écouter ici : https://www.francebleu.fr/emissions/ca-bouge-en-vaucluse-rencontre-avec-une-association/vaucluse

Tous a Vélo… Quelle que soit la météo !!!

Ce n’était pas la Vélorution printanière  espérée mais nous avons tout de même fait rouler nos beaux gilets verts dans le centre-ville de Cavaillon ! Ponctuée par une petite escale chantante devant la Mairie, nous avons clôturé notre défilé mensuel autour de boissons chaudes au Cafétronik, l’un de nos partenaires dans la communication des évènements de l’association.

Le mois prochain, sous un joli soleil de mai, l’itinéraire reliera le centre-ville au collège Rosa Park.


Futurs collégiens, collégiens, anciens collégiens… parents, grands-parents, enseignants,… Mobilisons-nous en nombre pour rendre les établissements scolaires accessibles aux vélos en toute sécurité !

Ciné-débat BIGGER THAN US : partage et espoir !

Merci à La Provence pour ce bel article !

La soirée fut un moment très réussi.

Le film est vraiment très stimulant en ce sens qu’il montre des jeunes (même parfois très jeunes) qui n’ont pas froid aux yeux et qui vont au bout de leurs convictions en entrainant beaucoup de monde derrière eux. Dur aussi parce qu’il montre clairement comment les pays du sud, les peuples autochtones, les réfugiés paient au prix fort le mode de production consumériste et destructeur qui caractérise les pays les plus riches. 

Les  jeunes intervenants, Océane, Marie, Rémy et Zoé, ont répondu de façon très personnelle avec beaucoup de clarté et de sincérité aux questions posées par Anne-Marie. Les actions menées aussi bien par les éco-délégués du lycée Dauphin que par le Village, les AMAP dont celle de Cavaillon ou Extinction Rebellion ont pu être évoquées.

L’occasion a aussi été donnée de faire savoir qu’il y avait beaucoup de combat à mener ici à Cavaillon. 

Pendant l’apéritif qui a suivi, les échanges ont été riches comme en témoignent les multiples contacts qui ont été pris entre les divers participants.

Par ailleurs un journaliste de Radio-France Vaucluse, qui est intervenu de manière très positive lors du débat, souhaite que nous parlions de notre association lors de son émission du vendredi à 16h30.

Merci à tous ceux qui ont fait de cette soirée une réussite.

1 2 3 4