Ciné-Débat : FAUT-IL ARRETER DE MANGER DES ANIMAUX ?

L‌e Film intitulé « Faut-il arrêter de manger des animaux? » projeté au Paradiso à 18.30 le 19 juin 2022 n’a attiré qu’une douzaine de spectateurs. Nous étions peu nombreux mais ce fut un très bon moment d’échanges.

Le documentaire retrace l’histoire d’une quête personnelle et universelle : est-il toujours possible de manger des animaux en respectant leur bien-être, la planète et notre santé ?
Alors qu’il devient père pour la première fois, le journaliste d’investigation Benoît Bringer (Prix Pulitzer avec l’équipe des Panama Papers) s’interroge sur ce qu’il donne à manger à son fils. Il part enquêter aux quatre coins de la planète (Etats-Unis, Portugal, France, Suède,  Allemagne) pour révéler les terribles excès de l’élevage industriel  qui épuise la planète et menace notre santé. Il nous montre dans son film qu’il  existe une alternative à cette productivité frénétique : un élevage  qui respecte l’animal et la nature. 

Quatre intervenants étaient présents à l’issue du film :

  • Guillaume, éleveur de bovins à Vaugines dans le Luberon,
  • Marie-Christine , vétérinaire qui accompagne et conseille les éléveurs
  • Agnès du restaurant Bio’s où elle ne sert que de la nourriture végétarienne
  • Paul de AVEC pour nous parler de la part de l’élevage dans l’alimentation mondial

Le débat fut riche et animé, les intervenants maîtrisant parfaitement leur sujet et parlant en détail de leurs pratiques. Tous ont été d’accord sur le fait qu’il fallait à tout prix éviter les viandes passées par les élevages industriels où règnent le mal-être animal, qu’il était indispensable de réduire considérablement notre consommation de viande (pour notre santé, pour notre planète et pour permettre de nourrir toute l’humanité) : moins de viande mais de meilleure qualité,  des viandes dont on connait les producteurs et la manière dont ils élèvent et nourrissent les animaux. Et, par conséquent,  accepter d’en payer un prix à mesure de sa qualité.

A travers les témoignages de Guillaume et de Marie-Christine, nous avons compris combien cette vie de paysan-éleveur pouvait se pratiquer en harmonie avec le milieu et avec les animaux. Nous avons aussi appris que des firmes multinationales finançaient le véganisme en vue de préparer la population à l’acceptation de la fabrication de “viande cellulaire”.  La réflexion s’est élargie à des questions plus vastes : celle de la place de la science et des techniques mobilisées dans l’objectif de produire toujours plus et d’amasser toujours plus de profit, celle de notre rapport de domination et non de coopération avec la nature, celle du rapport de nos sociétés à la mort. Une soirée riche de contacts et de réflexions. Merci aux intervenants et à tous ceux de l’association qui ont œuvré à cette réussite.

Ciné-débat BIGGER THAN US : partage et espoir !

Merci à La Provence pour ce bel article !

La soirée fut un moment très réussi.

Le film est vraiment très stimulant en ce sens qu’il montre des jeunes (même parfois très jeunes) qui n’ont pas froid aux yeux et qui vont au bout de leurs convictions en entrainant beaucoup de monde derrière eux. Dur aussi parce qu’il montre clairement comment les pays du sud, les peuples autochtones, les réfugiés paient au prix fort le mode de production consumériste et destructeur qui caractérise les pays les plus riches. 

Les  jeunes intervenants, Océane, Marie, Rémy et Zoé, ont répondu de façon très personnelle avec beaucoup de clarté et de sincérité aux questions posées par Anne-Marie. Les actions menées aussi bien par les éco-délégués du lycée Dauphin que par le Village, les AMAP dont celle de Cavaillon ou Extinction Rebellion ont pu être évoquées.

L’occasion a aussi été donnée de faire savoir qu’il y avait beaucoup de combat à mener ici à Cavaillon. 

Pendant l’apéritif qui a suivi, les échanges ont été riches comme en témoignent les multiples contacts qui ont été pris entre les divers participants.

Par ailleurs un journaliste de Radio-France Vaucluse, qui est intervenu de manière très positive lors du débat, souhaite que nous parlions de notre association lors de son émission du vendredi à 16h30.

Merci à tous ceux qui ont fait de cette soirée une réussite.

Ciné-Débat dimanche 3 avril – BIGGER THAN US

Une génération se lève pour réparer le monde. En Asie, en Afrique, en Amérique, des adolescents et jeunes adultes luttent pour les droits humains, le climat, la liberté d’expression, la justice sociale, l’accès à l’éducation ou l’alimentation, la dignité. Un documentaire qui donne de l’espoir.

Les intervenants invités seront des jeunes de Cavaillon et des environs eux aussi engagés.

Pour en savoir plus sur le film : https://biggerthanus.film/

Marche LOOK UP Pour le climat et la justice sociale

La Marche pour le Climat, le Vivant et la justice sociale a réuni de nombreuses associations déterminées à mettre au premier plan la question du climat. C’était une première à Cavaillon et ce n’est qu’un début ! Nous continuerons à nous mobiliser afin que des actions soient menées pour répondre à l’urgence climatique et environnementale.

Merci à tous ceux qui ont été présents lors de cette marche ! Soyons unis et toujours plus nombreux pour que ces questions cruciales soient enfin considérées à leur juste mesure, pour l’avenir de l’humanité et du Vivant sur Terre.

Merci à l’Association Environnement Qualité de vie Cheval Blanc d’avoir initié ce rassemblement !

Article du Dauphiné paru le dimanche 13 mars.
Le deuxième rapport du GIEC est sans appel : c’est maintenant qu’il faut agir. Mais les décideurs et les grands médias regardent ailleurs…

Un ciné-débat détendu et instructif autour du film Mise au vert

Le premier ciné-débat de l’année, organisé par notre association, a été une réussite. Il s’est tenu le dimanche 30 janvier au cinéma la Cigale autour du film Mise au vert de Yohann Charrin.

Le public était nombreux (70 personnes) pour assister à cette comédie familiale et sociale, l’histoire d’un père de famille complètement dépassé, qui n’arrive plus à gérer ses ados accros à leurs écrans ni sa femme qui le trompe et qui décide subitement de leur imposer des vacances surprises et insolites dans le Vercors dans une vieille maison isolée, sans eau, sans électricité et sans écran. Une détox qu’il imagine salvatrice. Le rire était donc au rendez-vous et un apéritif partagé a permis de prolonger ce moment de détente.

Mais cela n’a pas empêché la réflexion puisque cette fiction confronte aussi des manières différentes de se représenter ce que veut dire habiter à la campagne : schématiquement, celle des parisiens, celle des habitants du Vercors et celle des « zadistes écologistes » occupant la vielle maison isolée. Le débat qui a suivi le film a été riche, éclairé par les explications du réalisateur. Originaire d’Avignon, Yohann Charrin signe là son premier long métrage et nous en a expliqué la genèse. Riches aussi ont été les éclairages apportés par Béatrice Mésini, géographe, qui a mené des études approfondies sur les néoruraux et les luttes écologiques et par Pierre Follet de Sauvons nos terres 84 qui n’a pas manqué de rappeler les enjeux locaux liés à l’accaparement des terres agricoles dans notre département et en particulier à Cavaillon.   

Ciné-débat – « Mise au vert » le 30 janvier 2022

Pour notre premier ciné-débat de l’année 2022, nous aurons le plaisir de nous retrouver autour du film Mise au vert le dimanche 30 janvier à 18h00 au cinéma la Cigale à Cavaillon.

Deux invités se joindront à nous : le réalisateur Yohann Charrin et de la géographe Béatrice Mésini, chargée de recherche au CNRS.

Mise au vert est une comédie familiale et sociale. L’histoire d’un père de famille complètement dépassé, qui n’arrive plus à gérer ses ados accros à leurs écrans ni sa femme qui le trompe et qui décide subitement de leur imposer des vacances surprises et insolites dans le Vercors dans une vieille maison isolée, sans eau, sans électricité et sans écran. Une détox qu’il imagine salvatrice

Cette fiction pleine d’humour confronte aussi des manières différentes de se représenter ce que veut dire habiter à la campagne. C’est ce dont nous débattrons ensuite après le film et avant de partager un apéritif convivial.

En espérant vous voir nombreux à cette occasion !

Ciné-Débat le 14 novembre : « Sur le Champ ! »

Rendez-vous dimanche 14 novembre à 18h30 !

Dans le cadre du Festival Alimenterre, AVEC vous invite à un ciné-débat autour du film Sur le champ !

Ce documentaire part d’un postulat, celui du « paradoxe de la faim » : dans le monde, ceux qui produisent sont également ceux qui ont faim. Il tente d’apporter des solutions, en partant à la rencontre d’acteurs de terrain. Il s’agit d’une nouvelle génération de paysans, qui se reconnaît autour du principe de résilience.

Dans l’optique de s’émanciper de l’agriculture industrielle au profit d’une agriculture durable, une des pistes avancées est celle de la multiplication des petites initiatives : petites fermes belges, jardins collectifs au Burkina Faso …

Le festival Alimenterre, créé en 2007 à Paris, est devenu un évènement international sur l’alimentation durable et solidaire organisé chaque année du 15 octobre au 30 novembre. Autour d’une sélection de 8 films documentaires, il amène les citoyens à s’informer et comprendre les enjeux agricoles et alimentaires en France et dans le monde, afin qu’ils participent à la co-construction de systèmes alimentaires durables et solidaires et au droit à l’alimentation. 

Cine-débat – Honeyland

Dimanche 3 octobre, une soixantaine de personnes ont assisté au ciné-débat organisé par AVEC.

Le documentaire était très prenant et racontait la vie de Hatidze qui a consacré sa vie à prendre soin de sa mère paralysée et aveugle. Pour vivre, elle élève des abeilles selon de sages traditions respectueuses de l’abeille, héritées de ses parents. De quoi réfléchir une fois de plus aux relations que nous entretenons avec la nature.

Le débat qui a suivi a été très riche, Cyril Vidau, chercheur, apportant ses connaissances sur les avancées de la recherche, et Lucile Bruneau son expérience de 40 années d’apiculture.

Ce ciné-débat a été organisé dans le cadre de Vivant, L’alimentation en Durance-Luberon, un élan collectif porté, chaque année, par plus de 50 structures de Durance-Luberon, à la lumière des richesses paysannes, alimentaires, intellectuelles, municipales, citoyennes ou artistiques de notre petit pays.

Prochain ciné-débat le 08 mars à 18h15 « Même la pluie »

Réservez dés aujourd’hui votre soirée pour venir partager avec nous un moment de convivialité et d’échanges.

Notre prochain ciné débat se déroulera le 08 mars à 18h15 au cinéma La cigale à Cavaillon.

Nous aborderons le thème de « l’eau bien commun » et l’illustrerons avec le film de Icíar Bollaín avec Gael García Bernal, Luis Tosar, Carlos Aduviri

Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d’un film. Les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l’un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l’accès à l’eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d’un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

Nos invités le Collectif de l’eau d’Avignon, C. Proust, chargé de mission eaux et rivières au Parc du Luberon et P. Dumoulin, chargé d’étude Ressource en eau  au SMAV. Durance, répondront à vos questions

Nous terminerons la soirée après le débat avec notre traditionnel petit buffet

Au plaisir de vous retrouver

CINE-DEBAT 26 janvier 18h15 Cavaillon

Réserver votre soirée du dimanche 26 janvier pour venir participer et débattre avec nous à notre prochain ciné-débat qui traitera des villes en transition et comment opérer la transition.

Un film de Marie Monique Robin plein d’optimisme que les critiques ont toutes aimé, illustrera la thématique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Et comme à l’accoutumée, un apéritif permettra de poursuivre les échanges

Nous remercions vivement nos partenaires toujours sans faille Le Magasin Bio le Sarment et la Bioccop de Cavaillon

1 2