Le Partage de l’eau, un sujet qui mobilise

Un public nombreux – la salle du Fémina était remplie – a assisté à la projection du film « Le partage de l’eau » d’Éric Blanco, organisée par l’association Avec en partenariat avec SOS Durance Vivante dimanche 27 novembre à Cavaillon.

Ce documentaire très vivant nous a tous renvoyé au rapport sensible que nous avons avec l’eau et nous a montré des figures attachantes qui, autour de l’Argens, prennent soin de cette rivière et de ses eaux de manière solidaire.

Éric Blanco, le réalisateur, nous a dit tout le plaisir qu’il a eu de réaliser ce film avec ces acteurs passionnés. Cédric Proust et Magali Janeux, du Parc du Luberon, ont apporté des informations précises sur la situation du Coulon-Calavon et sur le rôle de la Commission locale de l’eau pour créer cette solidarité autour de ce bien commun qu’est la rivière. Françoise Sinoir et Pierre Follet, de SOS Durance Vivante, ont insisté sur la nécessité de redonner vie à une Durance bien malmenée en restaurant sa continuité écologique. Ils ont évoqué une idée qui, dans le cadre des menaces qui pèsent partout sur la biodiversité, consiste à donner une personnalité juridique à des milieux à défendre, ce qui est déjà le cas pour certaines rivières en France et dans le monde. 

Venues de la salle, les questions du public attentif et curieux croisaient les points abordés par le film dans un débat qui aurait pu se prolonger et qui fut un peu court aux yeux de tous. Heureusement, les discussions ont pu se poursuivre autour d’un apéro. Mais mille questions restent en suspens. Et nous nous sommes quittés avec l’idée qu’il faut continuer à agir ensemble dans une démarche citoyenne et partagée pour protéger le bien commun que sont nos rivières et plus largement l’eau qui est source de vie.  

Merci au journaliste de La Provence pour l’article paru le 5 décembre !

Ciné-Débat : Le partage de l’eau

Le Partage de l’eau est un sujet d’actualité et un enjeu d’avenir. La sécheresse historique que connait la France rend plus sensible encore cette question. Mais des initiatives germent ici et là et sont au coeur de ce documentaire inspirant.

Vivre sur un territoire, c’est partager et respecter l’eau qui le traverse. C’est être riverain, autrement dit évoluer ensemble sur une même rive, tout en la préservant.

Caméra à l’épaule et micro à la main, le réalisateur Eric Blanco remonte le cours de l’Argens, dans le Var, jusqu’à sa source, pour rencontrer des personnes engagées, passionnées et innovantes, qui pratiquent et défendent la sobriété et la solidarité dans les usages de l’eau, au cœur du territoire Provence Verte-Verdon.

Le débat en présence du réalisateur sera co-animé par des intervenants de l’Association SOS Durance Vivante, du Parc naturel régional du Luberon et de l’association AVEC.

Soyons « Irréductibles » !

Un Ciné-débat stimulant le dimanche 2 octobre organisé par AVEC et Au Maquis.

Un public nombreux (la salle était quasiment pleine), a assisté au documentaire Irreductibles d’Olivier Dubuquoy au cinéma Paradiso.

Ce film très tonique relate des luttes réussies menées par des hommes et des femmes qui se sont opposé.e.s à des projets écocides décidés sans leur consentement et qui détruisaient leur cadre de vie. Du Morvan à la Bretagne, de la Corse à la Normandie ou au Larzac, des témoignages très forts montraient combien les combats menés collectivement ont demandé audace et imagination et ont offert moments forts de solidarité. Il a aussi été question de la lutte menée de manière non violente pour s’opposer au sommet du pétrole off shore à Pau.

Dans ce documentaire, Olivier Dubuquoy, très engagé lui-même dans la protection en particulier des océans, s’est aussi appuyé sur le témoignage émouvant d’Edgar Morin expliquant pourquoi il était entré en résistance, et sur celui de José Bové faisant le lien entre les moyens utilisés dans les luttes menées et la société que l’on veut construire.

Olivier, Caroline, Catherine, Solinne, Paul et Eric

Un débat très riche a suivi ce film. Olivier, le réalisateur, nous a expliqué qu’à travers ce documentaire, il souhaitait que les jeunes générations se souviennent de luttes menées et réussies dans le passé et puissent y puiser la détermination pour s’opposer aux projets écocides qui poursuivent aujourd’hui la destruction du vivant. Il a présenté son propre engagement dans ce combat. Ensuite, Eric, venus de Fournès dans le Gard, nous raconté comment le collectif Adere avait réussi à s’opposer à l’implantation d’Amazon tout près du Pont du Gard. Catherine a expliqué quant à elle comment les habitants de Velleron, organisés en collectif avec l’appui de la municipalité, s’opposaient à la construction d’un lotissement privé démesuré à la Grande Bastide, un site de grande valeur écologique. Enfin Solinne a présenté, au nom de Sauvons Nos terres 84, la situation de la Zac des Hauts banquets à Cavaillon. Même si les terrassements sont en cours et qu’un permis de construire a déjà été accordé à une entreprise de logistique (Raja) pour un entrepôt de 40 000m2, des recours juridiques ont été déposés, rien n’est encore perdu et il faut amplifier et élargir la lutte. Comme l’a très justement dit Solinne, tant que le projet n’est pas plus avancé, nous pourrons encore y semer des graines. Le collectif s’y emploie et va faire des propositions en sens. Enfin, ce ciné-débat étant coorganisé avec Au Maquis dans le cadre du festival de l’alimentation VIVANTE en Durance Luberon (67 évènements au programme du 15 octobre au 30 octobre), la parole a été donnée à Caroline qui nous a présenté deux actions majeures d’Au Maquis, la Commune ferme et la Sécurité Sociale de l’Alimentation.

Cette soirée s’est terminée par un apéritif convivial offert par AVEC et Biocoop, moment très riche d’échanges informels, prolongés pour certains tard dans la nuit par des discussions avec Olivier.

En bref, une soirée qui a fait du bien et a redonné de l’énergie, des idées et de nouvelles relations militantes à beaucoup.

Notre « Eco-week-end » dans La Provence !

Dans un article paru samedi 1er octobre, La Provence a mis en avant les actions organisées durant ce week-end placé sous le signe de l’écologie. Plusieurs thèmes cruciaux ont été abordés :

  • les mobilités douces avec la Vélorution du Cercle Vélo,
  • la réduction des déchets à la source avec le Cercle Déchets,
  • la défenses des terres agricoles et des espaces naturels avec le Cercle Ciné-Débat.

Un grand merci au journaliste !

Ciné-débat : Irréductibles

Dimanche 2 octobre à 18h30 au cinéma Paradiso, à Cavaillon

En avant-première et en présence du réalisateur Olivier Dubuquoy

Irréductibles, c’est l’histoire de luttes écologistes victorieuses aux quatre coins de la France, qui soulève des questionnements sur l’engagement et l’action collective. Questionnements que nous pourrons partager à l’issue de la projection avec le réalisateur et des acteurs engagés sur notre territoire.

Partout en France, des femmes et des hommes s’engagent avec courage pour une certaine idée du territoire, de l’avenir et de la vie. Alors que rien ne les destinait à la lutte, ils et elles sont passés de l’indignation à l’action et ont gagné des batailles écologiques qui semblaient perdues d’avance.
Blocage de centrale nucléaire, sabotage pour mettre fin à des pollutions en mer, ZAD pour protéger la forêt…
Le film, introduit par Edgar Morin, dessine les portraits émouvants d’une résistance citoyenne qui porte ses fruits.

Ciné-Débat : FAUT-IL ARRETER DE MANGER DES ANIMAUX ?

L‌e Film intitulé « Faut-il arrêter de manger des animaux? » projeté au Paradiso à 18.30 le 19 juin 2022 n’a attiré qu’une douzaine de spectateurs. Nous étions peu nombreux mais ce fut un très bon moment d’échanges.

Le documentaire retrace l’histoire d’une quête personnelle et universelle : est-il toujours possible de manger des animaux en respectant leur bien-être, la planète et notre santé ?
Alors qu’il devient père pour la première fois, le journaliste d’investigation Benoît Bringer (Prix Pulitzer avec l’équipe des Panama Papers) s’interroge sur ce qu’il donne à manger à son fils. Il part enquêter aux quatre coins de la planète (Etats-Unis, Portugal, France, Suède,  Allemagne) pour révéler les terribles excès de l’élevage industriel  qui épuise la planète et menace notre santé. Il nous montre dans son film qu’il  existe une alternative à cette productivité frénétique : un élevage  qui respecte l’animal et la nature. 

Quatre intervenants étaient présents à l’issue du film :

  • Guillaume, éleveur de bovins à Vaugines dans le Luberon,
  • Marie-Christine , vétérinaire qui accompagne et conseille les éléveurs
  • Agnès du restaurant Bio’s où elle ne sert que de la nourriture végétarienne
  • Paul de AVEC pour nous parler de la part de l’élevage dans l’alimentation mondial

Le débat fut riche et animé, les intervenants maîtrisant parfaitement leur sujet et parlant en détail de leurs pratiques. Tous ont été d’accord sur le fait qu’il fallait à tout prix éviter les viandes passées par les élevages industriels où règnent le mal-être animal, qu’il était indispensable de réduire considérablement notre consommation de viande (pour notre santé, pour notre planète et pour permettre de nourrir toute l’humanité) : moins de viande mais de meilleure qualité,  des viandes dont on connait les producteurs et la manière dont ils élèvent et nourrissent les animaux. Et, par conséquent,  accepter d’en payer un prix à mesure de sa qualité.

A travers les témoignages de Guillaume et de Marie-Christine, nous avons compris combien cette vie de paysan-éleveur pouvait se pratiquer en harmonie avec le milieu et avec les animaux. Nous avons aussi appris que des firmes multinationales finançaient le véganisme en vue de préparer la population à l’acceptation de la fabrication de “viande cellulaire”.  La réflexion s’est élargie à des questions plus vastes : celle de la place de la science et des techniques mobilisées dans l’objectif de produire toujours plus et d’amasser toujours plus de profit, celle de notre rapport de domination et non de coopération avec la nature, celle du rapport de nos sociétés à la mort. Une soirée riche de contacts et de réflexions. Merci aux intervenants et à tous ceux de l’association qui ont œuvré à cette réussite.

Ciné-débat BIGGER THAN US : partage et espoir !

Merci à La Provence pour ce bel article !

La soirée fut un moment très réussi.

Le film est vraiment très stimulant en ce sens qu’il montre des jeunes (même parfois très jeunes) qui n’ont pas froid aux yeux et qui vont au bout de leurs convictions en entrainant beaucoup de monde derrière eux. Dur aussi parce qu’il montre clairement comment les pays du sud, les peuples autochtones, les réfugiés paient au prix fort le mode de production consumériste et destructeur qui caractérise les pays les plus riches. 

Les  jeunes intervenants, Océane, Marie, Rémy et Zoé, ont répondu de façon très personnelle avec beaucoup de clarté et de sincérité aux questions posées par Anne-Marie. Les actions menées aussi bien par les éco-délégués du lycée Dauphin que par le Village, les AMAP dont celle de Cavaillon ou Extinction Rebellion ont pu être évoquées.

L’occasion a aussi été donnée de faire savoir qu’il y avait beaucoup de combat à mener ici à Cavaillon. 

Pendant l’apéritif qui a suivi, les échanges ont été riches comme en témoignent les multiples contacts qui ont été pris entre les divers participants.

Par ailleurs un journaliste de Radio-France Vaucluse, qui est intervenu de manière très positive lors du débat, souhaite que nous parlions de notre association lors de son émission du vendredi à 16h30.

Merci à tous ceux qui ont fait de cette soirée une réussite.

Ciné-Débat dimanche 3 avril – BIGGER THAN US

Une génération se lève pour réparer le monde. En Asie, en Afrique, en Amérique, des adolescents et jeunes adultes luttent pour les droits humains, le climat, la liberté d’expression, la justice sociale, l’accès à l’éducation ou l’alimentation, la dignité. Un documentaire qui donne de l’espoir.

Les intervenants invités seront des jeunes de Cavaillon et des environs eux aussi engagés.

Pour en savoir plus sur le film : https://biggerthanus.film/

Marche LOOK UP Pour le climat et la justice sociale

La Marche pour le Climat, le Vivant et la justice sociale a réuni de nombreuses associations déterminées à mettre au premier plan la question du climat. C’était une première à Cavaillon et ce n’est qu’un début ! Nous continuerons à nous mobiliser afin que des actions soient menées pour répondre à l’urgence climatique et environnementale.

Merci à tous ceux qui ont été présents lors de cette marche ! Soyons unis et toujours plus nombreux pour que ces questions cruciales soient enfin considérées à leur juste mesure, pour l’avenir de l’humanité et du Vivant sur Terre.

Merci à l’Association Environnement Qualité de vie Cheval Blanc d’avoir initié ce rassemblement !

Article du Dauphiné paru le dimanche 13 mars.
Le deuxième rapport du GIEC est sans appel : c’est maintenant qu’il faut agir. Mais les décideurs et les grands médias regardent ailleurs…

Un ciné-débat détendu et instructif autour du film Mise au vert

Le premier ciné-débat de l’année, organisé par notre association, a été une réussite. Il s’est tenu le dimanche 30 janvier au cinéma la Cigale autour du film Mise au vert de Yohann Charrin.

Le public était nombreux (70 personnes) pour assister à cette comédie familiale et sociale, l’histoire d’un père de famille complètement dépassé, qui n’arrive plus à gérer ses ados accros à leurs écrans ni sa femme qui le trompe et qui décide subitement de leur imposer des vacances surprises et insolites dans le Vercors dans une vieille maison isolée, sans eau, sans électricité et sans écran. Une détox qu’il imagine salvatrice. Le rire était donc au rendez-vous et un apéritif partagé a permis de prolonger ce moment de détente.

Mais cela n’a pas empêché la réflexion puisque cette fiction confronte aussi des manières différentes de se représenter ce que veut dire habiter à la campagne : schématiquement, celle des parisiens, celle des habitants du Vercors et celle des « zadistes écologistes » occupant la vielle maison isolée. Le débat qui a suivi le film a été riche, éclairé par les explications du réalisateur. Originaire d’Avignon, Yohann Charrin signe là son premier long métrage et nous en a expliqué la genèse. Riches aussi ont été les éclairages apportés par Béatrice Mésini, géographe, qui a mené des études approfondies sur les néoruraux et les luttes écologiques et par Pierre Follet de Sauvons nos terres 84 qui n’a pas manqué de rappeler les enjeux locaux liés à l’accaparement des terres agricoles dans notre département et en particulier à Cavaillon.   

1 2 3