Ciné-Débat : FAUT-IL ARRETER DE MANGER DES ANIMAUX ?

L‌e Film intitulé « Faut-il arrêter de manger des animaux? » projeté au Paradiso à 18.30 le 19 juin 2022 n’a attiré qu’une douzaine de spectateurs. Nous étions peu nombreux mais ce fut un très bon moment d’échanges.

Le documentaire retrace l’histoire d’une quête personnelle et universelle : est-il toujours possible de manger des animaux en respectant leur bien-être, la planète et notre santé ?
Alors qu’il devient père pour la première fois, le journaliste d’investigation Benoît Bringer (Prix Pulitzer avec l’équipe des Panama Papers) s’interroge sur ce qu’il donne à manger à son fils. Il part enquêter aux quatre coins de la planète (Etats-Unis, Portugal, France, Suède,  Allemagne) pour révéler les terribles excès de l’élevage industriel  qui épuise la planète et menace notre santé. Il nous montre dans son film qu’il  existe une alternative à cette productivité frénétique : un élevage  qui respecte l’animal et la nature. 

Quatre intervenants étaient présents à l’issue du film :

  • Guillaume, éleveur de bovins à Vaugines dans le Luberon,
  • Marie-Christine , vétérinaire qui accompagne et conseille les éléveurs
  • Agnès du restaurant Bio’s où elle ne sert que de la nourriture végétarienne
  • Paul de AVEC pour nous parler de la part de l’élevage dans l’alimentation mondial

Le débat fut riche et animé, les intervenants maîtrisant parfaitement leur sujet et parlant en détail de leurs pratiques. Tous ont été d’accord sur le fait qu’il fallait à tout prix éviter les viandes passées par les élevages industriels où règnent le mal-être animal, qu’il était indispensable de réduire considérablement notre consommation de viande (pour notre santé, pour notre planète et pour permettre de nourrir toute l’humanité) : moins de viande mais de meilleure qualité,  des viandes dont on connait les producteurs et la manière dont ils élèvent et nourrissent les animaux. Et, par conséquent,  accepter d’en payer un prix à mesure de sa qualité.

A travers les témoignages de Guillaume et de Marie-Christine, nous avons compris combien cette vie de paysan-éleveur pouvait se pratiquer en harmonie avec le milieu et avec les animaux. Nous avons aussi appris que des firmes multinationales finançaient le véganisme en vue de préparer la population à l’acceptation de la fabrication de “viande cellulaire”.  La réflexion s’est élargie à des questions plus vastes : celle de la place de la science et des techniques mobilisées dans l’objectif de produire toujours plus et d’amasser toujours plus de profit, celle de notre rapport de domination et non de coopération avec la nature, celle du rapport de nos sociétés à la mort. Une soirée riche de contacts et de réflexions. Merci aux intervenants et à tous ceux de l’association qui ont œuvré à cette réussite.

Marche LOOK UP Pour le climat et la justice sociale

La Marche pour le Climat, le Vivant et la justice sociale a réuni de nombreuses associations déterminées à mettre au premier plan la question du climat. C’était une première à Cavaillon et ce n’est qu’un début ! Nous continuerons à nous mobiliser afin que des actions soient menées pour répondre à l’urgence climatique et environnementale.

Merci à tous ceux qui ont été présents lors de cette marche ! Soyons unis et toujours plus nombreux pour que ces questions cruciales soient enfin considérées à leur juste mesure, pour l’avenir de l’humanité et du Vivant sur Terre.

Merci à l’Association Environnement Qualité de vie Cheval Blanc d’avoir initié ce rassemblement !

Article du Dauphiné paru le dimanche 13 mars.
Le deuxième rapport du GIEC est sans appel : c’est maintenant qu’il faut agir. Mais les décideurs et les grands médias regardent ailleurs…

CASE : le Collectif Alimentation Sante Enfance

Communiqué de presse

Création d’un collectif à Cavaillon en novembre 2020

C’est pour faire suite à la conférence organisée les associations  Avec et Au Maquis le 30 septembre 2020 au lycée Dumas à Cavaillon dans le cadre de « Vivant 2020 », avec Gilles Pérole adjoint au maire de Mouans Sartoux, que le Collectif Alimentation Santé Enfance, (CASE) a été créé.

Il se compose d’associations Foll’ Avoine, Au maquis, AVEC, de fédérations de parents d’élèves, de parents d’élèves, d’enseignants, de membres de professions de santé, d’acteurs de la restauration collective, d’élus.
Ses objectifs :

  • Offrir une alimentation de meilleure qualité et écologiquement plus responsable aux enfants des écoles primaires et des maternelles,
  • Aller plus loin que la loi Egalim et donc si possible 100% de produits bios et locaux dans les cantines scolaires et faire en sorte qu’un label Ecocert le vérifie,
  • Diminuer la consommation de viande, introduire plus d’un repas végétarien par semaine,
  • Diminuer la part des sucres cachés dans les plats tout préparés, les laitages etc…
  • Veiller à ce que les repas se prennent dans de bonnes conditions, (bruit, durée…)
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire,
  • Promouvoir une éducation aux bonnes pratiques alimentaires,
  • Veiller à l’accès de tous aux cantines (tarifs),

Ce collectif désire   mobiliser davantage de Cavaillonnais pour accompagner la transition alimentaire, via des temps d’échanges avec les habitants, des animations pédagogiques pour les élèves, des conférences… pour que  nous soyons nombreux à être sensibles à la question de l’alimentation à l’école.

Le collectif souhaite, dans ce contexte, être une force de propositions en relation avec la municipalité, afin de co-construire une cantine scolaire d’excellence. Cette démarche s’inscrit dans le Projet Alimentaire Territorial porté par le Parc du Luberon qui conjugue l’amélioration de la qualité de l’alimentation, le choix des ressources locales et d’une approche écologiquement plus responsable. Outre la part du Bio, nous pourrons apporter nos réflexions sur ce qui peut permettre une alimentation encore plus diététique sans que soit augmenté le cout des repas pour les familles.

Les services de la municipalité ont lancé un marché public en décembre 2020 en vue du renouvellement de la délégation de service public concernant les cantines scolaires (primaires et maternelles). Jusqu’ici le prestataire de service était Terres de Cuisine et son contrat prend fin en septembre 2021.

Selon les services de la mairie, la prochaine délégation intègrera un taux de produits issus de l’agriculture durable de 70%, dont 50% de bio. Nous n’en savons pas plus, mais c’est un élan très encourageant.

Le collectif a adressé le 29 janvier, et remis en mairie, un courrier à l’intention de Madame DECHER, élue en charge des cantines scolaires et du handicap, pour une demande de rendez vous, nous n’avons pas de réponse à ce jour.

Nous avons distribué un courrier informatif auprès de tous les délégués de parents d’élèves des écoles de Cavaillon (maternelles et primaires) et auprès de personnels de santé.

Vous souhaitez vous investir sur ce sujet vous pouvez joindre les membres du collectif à cette adresse   case@mailo.com

Manger bio et local à ma cantine c’est génial ! Conférence le 30 septembre à Cavaillon

L’association Avec vous invite le 30 septembre à une conférence-discussion avec Gilles Pérole adjoint au maire de Mouans-Sartoux pour parler bio à ma cantine au Lycée Alexandre Dumas à Cavaillon de 16h30 à 18h30.

Des ateliers pour les enfant permettront aux parents curieux de pouvoir satisfaire leur curiosité.

D’autres  évènements auront sur Cavaillon pour en savoir davantage cliquer sur le lien

cavaillon vivant

réunion publique cantine bio cavaillon le 20 juin 2019

Nous organisions notre première réunion jeudi dernier sur le thème des cantines scolaires et plus précisément « manger bio ».

Une trentaine de personnes était présente pour venir partager nos réflexions et envisager des pistes d’amélioration de la restauration scolaire des écoles primaires et maternelles de Cavaillon.

Bilan et conclusion de cette réunion, engager des actions à la rentrée scolaires aussi bien vers les parents d’élèves que les élus.

Affaire à suivre donc… en attendant nous vous souhaiotons un bel été